Les œuvres de Rose Lemeunier peuvent être appréhendées comme la matérialisation de souvenirs liés au paysage
et à ses transformations. Il s'agit d'interroger le passage à la modernité à travers les télescopages et superpositions
d'images et de paysages passés et présents, tour à tour humains ou désincarnés.
Ainsi, elle propose comme fond, la photo estompée d'un paysage inanimé, d'autoroutes,
ponts, grues, comme autant de signes vides de la modernité, fond que des hachures
au crayon de couleur effacent en dessinant un monde antérieur qui vient « prendre le dessus »,
comme une revanche de la mémoire.
Ces hachures forment autant de coups de scalpels dans la trame du temps.
Alors elle explore ce mouvement lui-même, elle sculpte et creuse la matière fragile
au scalpel, elle éprouve les limites de sa résistance. Des ombres se mettent à danser avec la lumière.
Peu à peu, la représentation s'évide (s'évite?) jusqu'à l'abstraction.

Eve Lewy-Bertaut, auteure.