Et si l’homme n’était plus au centre du monde …

De l’antiquité à Rodin, je me surprends à corriger, à rectifier l’archétype de la statuaire classique.
La contamination de l’animalité sur l’homme s’édifie petit à petit.
Tout se passe comme si, par le dessin et la sculpture, je proposais une nouvelle vie à ce patrimoine statuaire.
Si l’animal envahit mon travail, c’est pour moi une façon de témoigner au règne animal une grande admiration.
Une statuaire modifiée génétiquement.
Ne sommes nous pas pris dans une 2ème évolution Darwinienne ?
Une mythologie vivante
Rose Lemeunier